BANDEAU GPLMI 3D 2.bmp
ACCUEIL
    

home.gif GRAND PRIEURE LIBRE ET INDEPENDANT

 
 
 
 
 

 

 

Aujourd'hui, notre Chevalerie n'a pour armure que l'Amour, la Tolérance et le Dévouement.
Ce n'est plus une noblesse de nom, ni de naissance, mais une noblesse de cœur.
 
Mission et filiation de l’Ordre au Régime Écossais Rectifié (R.E.R.)
 
La vocation du GPLI est de transmettre la flamme initiatique du Régime Ecossais Rectifié telle que fixée au Convent de Whilhemsbad en 1782 sans la corrompre, quoique en rectifiant cet idéal aux conditions du temps. C'est ainsi que sont reçus en son sein et sur le même pied d'égalité hommes et femmes.
C’est pourquoi, bien que ne remettant pas en cause le choix des divers ateliers de travailler exclusivement entre hommes, le GPLI se donne pour mission de transmettre aux hommes et aux femmes de désir, une filiation initiatique complète, dans son expression chrétienne la plus élevée.
 
Agnès Abbesse de l’Hôpital de Sainte Marie Madeleine a donné naissance, en 1104 aux ordres de Chevalerie féminine. Le premier ordre de Chevalerie française, l’Ordre de l’Hermine, admettait les chevaleresses comme les roturiers, la discrimination des femmes de la Chevalerie spirituelle est donc injustifiable.
Au cours des derniers Convents Généraux de l’Ordre, aucune interdiction explicite n’a été formulée à l’encontre de l’initiation des femmes, celle-ci n’étant justifiée que par la discrimination juridique dont elles étaient victimes à l’époque de la fondation du RER à tel point que Willermoz lui-même s’est mobilisé pour que sa soeur soit initiée dans l’Ordre des Elus Coëns et que la SOT admet aujourd’hui la mixité. L’exclusion des femmes du RER semble donc contraire à l’idéal poursuivi.
 
Le GPLI invite ses membres, dans le cadre strict des règles prescrites, à poursuivre leur quête en vue de leur perfectionnement moral et spirituel, dans le respect d’autrui et pour le plus grand profit de l’humanité.
Son but est de permettre à des femmes et des hommes membres de la F.L.L.S ou d'une loge régulière pratiquant le R.E.R. de poursuivre leur parcours vers la voie chevaleresque, qui en constitue l’aboutissement, et qui est ouverte à tous ceux et celles d’entre eux qui aspirent sincèrement à devenir Chevaliers, au service de l’humanité toute entière. Le passage des grades symboliques aux grades chevaleresque est optionnel et non obligatoire.
C’est pourquoi, sans vouloir imposer la mixité, le GPLI se donne pour mission de transmettre aux hommes et aux femmes de désir, une filiation initiatique complète, dans son expression chrétienne la plus élevée. Le GPLI se veut le continuateur de ses précurseurs, dont la Respectable Loge " La Cité Sainte" à l'Orient de Bruxelles.
 
Constitution hiérarchique du GPLI dans ses rapports avec LA FEDERATION DES LOGES LIBRES ET SOUVERAINES (FLLS)
 
L’Ordre est constitué hiérarchiquement uniquement pour ce qui concerne la transmission initiatique mais sa structure est fédérale dans les domaines administratif et temporel. Fidèle aux principes de la Fédération des Loges Libres et Souveraines, le GPLI n’est pas une obédience et chacune des Loges est libre et indépendante dans son administration et ceci pour chacun de ses niveaux. Le travail initiatique commun au sein des chapitres et de la Grande Loge Ecossaise du Septentrion du GPLI est exclusivement fondé sur la Concorde entre les différentes loges, chacune bénéficiant par ailleurs de la filiation complète. Par conséquent, les « structures administratives », Grand Prieuré et Préfecture ne figurent pas sur le site de la FLLS (mais leur site est référencé au Portail des Loges Libres) alors que chacune des Loges et Chapitres le sont. L’Ordre comporte quatre classes initiatiques: le Parvis, le Porche, le Temple et le Sanctuaire. Les ateliers du Parvis confèrent les trois grades de la maçonnerie bleue selon le rite écossais rectifié. C’est l’Ordre extérieur. Ces Loges de St Jean pratiquent les rituels et règlements généraux de l’Ordre à savoir le Code Maçonnique des Loges Réunies et Rectifiées de France, la Règle maçonnique et les rituels agréés par le Convent de 1778 ou ultérieur selon le choix de chaque Loge. Cette ouverture à toutes les versions du rituel est liée à la volonté du Prieuré de s’aligner sur la logique des loges de recherches et de s’intéresser à l’évolution de pensée de son fondateur principal, Jean Baptiste Willermoz. Les ateliers du Porche confèrent le grade de Maître Ecossais de St André. Elles pratiquent le RER selon le rituel de 1805. Elles sont constituées des Maîtres de Saint André actifs dans une même loge de St Jean ou issus de Loges de St Jean différentes et présidées par un Député Maître. Les ateliers du Temple confèrent le grade probatoire d’Ecuyer Novice puis celui de Chevalier Bienfaisant de la Cité Sainte. La communauté de base de l’Ordre Intérieur est la Commanderie. Le Sanctuaire étant le coeur mystique de l’Ordre.
 
"Je suis né, je suis venu dans le monde pour ceci : rendre témoignage à la Vérité" (Jn 18.33-37), "Je suis le chemin, la vie et la vérité" (Jn 14.6), "Demandez et l'on vous donnera, cherchez et vous trouverez, frappez et l'on vous ouvrira" (Mt 7. 7-11), "Heureux celui qui croit sans avoir vu" (Jn 20.24-29)

"Le Rite Ecossais Rectifié, c'est la simplicité de son extrême profondeur en se situant notamment dans la ligne et lignée spirituelle du Christianisme des Origines qui n'a pas et qui ne perdra jamais sa Fraîcheur (d'origine). Il nous fait tous partager la tension vers le "Quaerere Spiritus" ("ou recherche du Souffle") et nous permet de cheminer en compagnie intime du "Docteur des corps et des âmes", puisqu'il est le début et la fin de chacun de nous et de l'histoire humaine le point le centre christologique d'où tout vient et tout converge".
Webmaster: GPLI
Publication: GPLI
© GPLI 2016

 


^ Haut ^